Uphill Flow Enthusiast

Gary Fisher

Gary Fisher:

La légende du VTT prédit à l’eVTT un avenir tout tracé

Gary Fisher:

La légende du VTT prédit à l’eVTT un avenir tout tracé

Cinq bonnes raisons de croire à l’eVTT

Idéal pour déconnecter

Idéal pour déconnecter

Nous avons tous besoin de « déconnecter » de temps en temps, de sortir au grand air afin de jouir de notre liberté et d’oublier le quotidien. Les VTT sont l’outil idéal à cet effet. Avec l’eVTT, cette possibilité sera accessible à un public encore plus large, car plus abordable. Cette déconnexion est essentielle et les bénéfices pour la société seraient encore certainement supérieurs si davantage de personnes y avaient accès.

Du potentiel pour l’avenir

Du potentiel pour l’avenir

Le VAE, tout comme l’eVTT, recèle un potentiel immense en termes de développements futurs. L’assistance électrique peut ouvrir la voie à un mode de vie plus durable sur les plans écologique et sanitaire, transformer les villes et inciter à l’augmentation des espaces publics dans les plans d’urbanisme. Et naturellement, elle possède le potentiel nécessaire pour démultiplier la croissance de l’industrie du vélo.

Un plaisir accru en montée

Un plaisir accru en montée

À l’époque, nous avons commencé à rouler en VTT par pur plaisir. Nous voulions éprouver des sensations, jouir de notre liberté et partager des moments de bonheur ensemble. Le VAE réunit tous les éléments du VTT qui m'ouvrent de nouvelles possibilités et intensifient le côté plaisir de ce sport. Les montées deviennent soudain faciles et les amateurs de VTT, moi le premier, ne peuvent être que séduits.

Une technologie fascinante

Une technologie fascinante

J’aime le vélo et j’aime la technologie quand elle est au service de l’homme. Le VAE est justement une technologie qui procure du plaisir et m'ouvre de nouveaux horizons. Au cours des dernières années, il y a eu tellement d’avancées dans ce domaine que j’attends avec impatience de connaître les prochaines, en termes de connectivité, mais aussi concernant les nouveaux moyens que nous allons développer pour tirer parti de cette technologie.

Bénéfique pour la santé

Bénéfique pour la santé

Les études scientifiques montrent nettement les incidences positives de l’exercice sur la santé mentale et physique, sur les facultés intellectuelles et sur la motivation, sans compter la multitude d’impacts écologiques positifs associés. Nous avons tout intérêt à mettre à profit et à renforcer ces bénéfices pour la santé. Grâce aux VAE, un nombre accru de personnes gagnent une nouvelle liberté de mouvement. Et le facteur plaisir les motive durablement à atteindre sans cesse de nouveaux objectifs.

« The next big thing! » (Gary Fisher à propos de l’eVTT)

L’ancien coureur cycliste et concepteur de vélo Gary Fisher, considéré comme l’un des inventeurs du VTT, prédit à l’eVTT, dont il suit l’évolution depuis le tout début, un avenir grandiose. La symbiose entre la force humaine et l’électronique intelligente le fascine – et il est convaincu que l’eVTT apportera une contribution décisive à la mobilité de demain. Il est notamment séduit par le plaisir apporté par l’eVTT, que ce soit dans les métropoles urbaines ou en pleine nature.

Entretien avec Gary Fisher, inventeur du VTT :

À quand remonte ton premier contact avec un VAE?

Mon premier contact avec le VAE remonte à très loin. J’étais alors à un salon du vélo à Tokyo et j’en ai essayé un. Je dois dire que j’ai été immédiatement séduit. Mais les batteries avaient encore du mal à tenir la distance à l’époque. C’était donc une idée merveilleuse, mais pas encore totalement aboutie. J’ai donc suivi l’évolution du VAE pendant un bon moment. Avant tout par intérêt personnel, car le VAE représente pour moi l’alliance entre un moteur des plus durables, entraîné par l’homme, et un système électronique des plus excitants. Entre-temps, les développements ont mûri et sont encore plus excitants que ce que nous avions imaginé à l’époque.

 

« Avec l’eVTT, les montées elles-mêmes deviennent un plaisir »

Gary Fisher

Quels sont les derniers développements aux États-Unis concernant le VAE ?

Dans le domaine du VAE, on essaie de rattraper le retard accumulé. Je vois des personnes qui utilisent déjà des VAE, je vois la fierté qu’elles ont à camper sur leur selle, le plaisir qu’elles éprouvent, leur étonnement à se rendre compte qu’elles circulent dans la ville très vite et à moindre coût. C’est comme autrefois avec le VTT. Il y a les précurseurs, ceux qui croient vraiment au succès du VAE et à son influence sur le futur.

Dans toutes les villes américaines que j’ai visitées, il y a au moins un magasin qui ne vend que des VAE. En plus de bien marcher, ces boutiques transforment aussi la ville durablement par leur offre. Et j’ai récemment essayé un eVTT pour la première fois. Il y a dix ans, j’en avais vu un pour la première fois en Europe et je m’étais alors demandé quel en était l’intérêt. Maintenant, je sais.

Qu’est-ce qui t’a plu dans l’eVTT ?

Le plaisir qu’il apporte. Il supprime la partie fatigante : les cinq derniers kilomètres, la montée abrupte. Ces éléments ôtés, il ne reste que le plaisir. En 2016, j’ai disputé pour la première fois un marathon avec un eVTT en Allemagne et aujourd’hui, j’ai envie d’en avoir un à moi.

Quelles sont les opportunités associées à l’eVTT d’après toi ?

En ce qui concerne les VAE en général, je pense que l’industrie du vélo aux États-Unis va croître cinq fois plus vite qu’auparavant. Rappelez-vous bien ces paroles. Les personnes qui circulent actuellement à vélo jouent le rôle de multiplicateurs. Tout simplement parce qu’elles sont enthousiasmées par la technique et par le plaisir que cela leur apporte. Je suis moi-même un fervent partisan de la technologie, surtout quand elle travaille à ma place. Et le VAE fait partie de ces inventions géniales qui travaillent à la place de l’homme. Un rôle qu’elles remplissent particulièrement bien en termes de plaisir et d’efficacité dans les environnements urbains.

Penses-tu que la pratique de l’eVTT peut également avoir une influence sur l’utilisation des VAE dans les environnements urbains ?

Aux États-Unis, j’ai déjà vu des eVTT dans des environnements urbains. Sur des routes en mauvais état et semées d’obstacles, les eVTT offrent une solution robuste pour une utilisation complémentaire en ville. Je crois notamment qu’une utilisation au quotidien peut, au-delà du facteur plaisir, faire aimer l’eVTT à de nombreuses personnes.

 

« Dans dix ans, ton VTT te parlera, à toi et au parcours »

Gary Fisher

Quelle influence les VAE auront-ils sur notre mobilité future ?

Nous sommes aujourd’hui arrivés à la conclusion que les pollutions environnementales ont des conséquences catastrophiques, directement et indirectement. Les particules fines sont un problème énorme, notamment dans les villes. Par ailleurs, nous savons que la pratique d’une activité physique régulière est bonne pour la santé. De nombreuses études scientifiques le prouvent. Les études montrent aussi que le sport et l’exercice ont une influence positive sur notre état psychique et sur nos performances intellectuelles.

Les employeurs eux-mêmes voient d’un bon œil les employés qui viennent au travail à vélo. Ils arrivent en effet à l’heure, au lieu de rester bloqués dans les embouteillages comme leurs collègues en voiture. Et surtout, ils donnent l’impression d’un esprit novateur. Dans ce domaine, le VAE est parfait. Il permet de transporter plus facilement des vêtements de rechange et des outils de travail. Le poids devient à cet égard un élément négligeable. Aux États-Unis, une voiture transporte en moyenne 1,3 personne. Dans le contexte des villes et de leur système de transports, cela ne peut pas fonctionner. Les VAE permettraient de résoudre rapidement ce problème. Je vois aujourd’hui déjà de nombreuses personnes en VAE, et il y en aura de plus en plus et cela résoudra ces problèmes. Cela ne représente encore qu’un petit pourcentage, mais qui croît rapidement.

À ton sens, que faut-il pour soutenir cette évolution ?

Nous avons avant tout besoin de lieux sécurisés pour circuler, notamment en ville. Dans ce domaine, un changement de mentalité s’impose. Aux États-Unis, les personnes vivant en ville n’ont jamais été aussi nombreuses. On assiste à un retour vers les villes. Si nous regardons 100 ans en arrière, la vie se concentrait dans les cités car c’est là que l’élite intellectuelle résidait. Dans les années 1960, les hommes ont fui la ville pour la campagne. Aujourd’hui, ils souhaitent y retourner, mais pour les familles, il ne fait pas bon y vivre

La pollution de l’air et de l’environnement y est dans certains cas très élevée. Et les espaces publics, qui permettent aux enfants de se déplacer librement et en tout sécurité, sont insuffisants ou absents. Dans ce domaine, nous assisterons à de nombreux changements dans un futur proche. Nous passerons à des formes de mobilité électroniques, avec des véhicules autonomes qui n’appartiendront plus à une seule personne, mais à la collectivité. Cela nous permettra également de récupérer la place actuellement perdue au profit de places de stationnement. Le système de santé aux États-Unis se trouve dans une situation très critique actuellement. Les Américains ne font pas assez d’exercice. La pression est très forte dans ce domaine, on est presque en situation de crise. Or ce sont des crises que naissent les changements. Je dirais donc que l’investissement dans un VAE est une décision très judicieuse aujourd’hui.

Existe-t-il déjà des initiatives qui reflètent ces évolutions ?

En Californie, un projet de loi est en cours d’élaboration qui prévoit le soutien financier à l’achat d’un VAE. Une aide financière est également octroyée en cas d’achat d’une voiture électrique. Nos législateurs voient également aujourd’hui la nécessité d’investir dans la santé et de prendre des mesures dans ce domaine. Donc les choses bougent.

Pour toi, des risques sont-ils associés aux évolutions actuelles ?

Le risque majeur est certainement celui lié au fait d’accepter de se remettre en cause personnellement. C’est une évolution très classique. Mais cela demande du temps. Nous avons l’habitude de dire que ce qui est le plus difficile à changer, c’est notre propre comportement et c’est exactement ce que l’on nous demande ici. J’aimerais exhorter chacune et chacun à accepter de se confronter avec la nouveauté, à s’ouvrir aux évolutions du VAE et surtout, à l’essayer soi-même. Cela changera réellement votre vie.

Est-ce là la clé de l’acceptation ? Amener les gens vers les VAE et les eVTT afin qu’ils les testent eux-mêmes ?

Je pense que c’est très important en effet. Il l’est sans doute encore plus d’encourager les Forestry Commissions à tester ces appareils. Cela leur permettrait de coordonner les opérations de secours, leurs travaux dans la forêt, mais aussi sur les sentiers.

 

« L’eVTT se prête parfaitement à un format de course »

Gary Fisher

Revenons quelques années en arrière, à tes débuts sur VTT. À l’époque, comme voyais-tu l’évolution de ce sport ?

Quand j’ai créé le nom de « vélo tout terrain » à mes débuts avec ce vélo, j’étais certain que le consommateur lambda prendrait beaucoup de plaisir avec. Et c’était vrai. Il offrait la possibilité de « déconnecter » en pleine nature, de se défouler, d’éprouver des sensations. En un mot : de se sentir libre. Voilà tout ce qu’il représentait.

Quels sont les atouts supplémentaires du VAE ?

Au début, je pensais que seuls les vrais athlètes seraient attirés par le VTT. Au départ, ce fut effectivement le cas, mais j’ai toujours souhaité que les VTT se généralisent. Qu’ils puissent être utilisés par tous. L’eVTT supprime les parties difficiles et fatigantes. Seul reste le côté plaisir et aventure. Même sur un trajet court, on arrive à jouir de cette liberté et à s’évader du quotidien. Je pense que la clé, c’est ça.

Tu as l’habitude de côtoyer des athlètes. Penses-tu qu’il existera des formats de course pour eVTT à l’avenir ?

J’en suis certain. Nous autres hommes aimons la compétition et nous apprécions de collaborer avec des machines ; par conséquent, l’eVTT se prêterait parfaitement à un format de course.

Que penses-tu du tuning appliqué aux VAE ?

Je n’ai encore jamais vu de VAE « tunisés », mais j’en ai entendu parler. Il y a aura toujours un petit nombre de personnes qui chercheront à repousser les limites. Cela se produira certainement, mais sans gros problèmes à la clé. C’est facile à détecter et on dispose de moyens techniques pour lutter contre ce phénomène.