Bikepark Geisskopf

Le premier parcours

d'Uphill Flow du monde

L'idée

Il suffit parfois d'un intermédiaire. C'est le rôle qu'a joué Stefan Schlie en réunissant Diddie Schneider, concepteur de parcours et constructeur de circuits, et Claus Fleischer, CEO de Bosch eBike Systems. Chacun de leur côté, ils travaillaient déjà depuis plusieurs années sur le concept du flow. Diddie Schneider planchait sur des circuits orientés descente offrant des sensations de plaisir aussi bien aux débutants ou aux familles qu'aux vététistes chevronnés.

Claus Fleischer et Stefan Schlie œuvraient quant à eux au développement du Performance CX, un moteur puissant conçu spécifiquement pour les eVTT, qui permet à tous les profiles de vététistes de vivre les sensations de l'Uphill Flow. Le trio s'est réuni à l'automne 2015 dans le domaine MTB Zone Bikepark de Geißkopf pour travailler au projet d'un parcours d'Uphill Flow. L'idée était de proposer une offre complémentaire qui permettrait au plus grand nombre de faire l'expérience de l'Uphill Flow dans un environnement sûr. Ils ont roulé sans compter, ont beaucoup échangé et commencé à développer un concept.

En empruntant en semaine et par mauvais temps les pistes du parc en sens inverse, ils ont pu déterminer ce qui leur plaisait à tel ou tel endroit et esquisser les besoins d'un parcours d'Uphill Flow.

Le trio s'est réuni à l'automne 2015 dans le domaine MTB Zone Bikepark de Geißkopf pour travailler au projet d'un parcours d'Uphill Flow. L'idée était de proposer une offre complémentaire qui permettrait au plus grand nombre de faire l'expérience de l'Uphill Flow dans un environnement sûr.

Ils ont roulé sans compter, ont beaucoup échangé et commencé à développer un concept. En empruntant en semaine et par mauvais temps les pistes du parc en sens inverse, ils ont pu déterminer ce qui leur plaisait à tel ou tel endroit et esquisser les besoins d'un parcours d'Uphill Flow.

 

„Le flow, c'est un sentiment de bien-être personnel.“

Stefan Schlie

C'est ainsi qu'est né l'Uphill Flow Trail

Conception

La conception d'un parcours est un travail exigeant. Dans le cas de l'Uphill Flow Trail, il s'agissait de surcroît de concevoir quelque chose qui n'existait pas encore. C'était un travail pionnier, avec des objectifs clairs. Le parcours devait s'intégrer à l'environnement naturel. L'aménagement et l'entretien de la piste devaient s'inscrire dans une perspective durable, ses spécificités devaient offrir un ressenti positif aux utilisateurs et attirer le regard.

Le parcours devait s'adresser aussi bien aux débutants et aux familles qu'à des pilotes chevronnés. Le principal défi résidait sans nul doute dans la nécessité de concevoir un parcours vecteur de l'Uphill Flow. Le parcours devait en somme réussir le tour de force de concilier une difficulté réduite pour tous et la part de défi nécessaire pour atteindre le flow. La tranquillité et la quiétude, mais aussi l'indispensable sécurité.

Planification : Durabilité

La phase de conception a cédé la place à la phase de planification. Dans un premier temps, le concept a été présenté à tous les acteurs de terrain sur place. La surface et le tracé ont été esquissés, de même que les avantages et risques potentiels pour les personnes concernées. L'exploitant des remontées mécaniques s'est montré convaincu qu'un circuit destiné aux VAE permettrait d'attirer plus de visiteurs, en particulier des adeptes de sports de plein air. Cet avantage pouvait profiter à tous les acteurs locaux. Ensuite, le tracé du circuit a été défini en concertation avec la gestion forestière.

Dans cette zone boisée peu exploitée, les aspects de protection de l'environnement priment. L'intervention se doit d'être aussi discrète que possible et rester proche des traces existantes pour réduire à un minimum l'influence sur la faune locale. L'utilisation de machines a été envisagée d'emblée pour les travaux sur le parcours. Le recours à la pelleteuse permet de tracer et d'aménager le parcours de manière durable afin de limiter autant que possible les interventions d'entretien ultérieures. Cela a permis de limiter la période des plus gros travaux et de laisser ensuite à la nature beaucoup de temps pour se régénérer. Après le passage des machines, la nature peut reprendre ses droits sur une partie du parcours. L'occupation des sols reste ainsi réduite et les utilisateurs jouissent davantage de la nature.

La procédure d'obtention des autorisations s'est déroulée sans tracas grâce à la qualité de la planification préalable, de sorte que les travaux ont pu commencer dès le mois de mars.

Planification : Groupes d'utilisateurs

Il convenait de prendre en compte dès les phases de conception et de planification une grande variété de groupes d'utilisateurs et de publics. Les acteurs des secteurs locaux du tourisme, de l'hébergement et de la restauration ont accueilli le projet avec grand enthousiasme, et des groupes de cyclistes locaux ont eux aussi manifesté leur intérêt pour cette offre supplémentaire. Un accord a été trouvé avec les acteurs de la forêt, de la chasse et de la protection de la nature au sujet du tracé du parcours et de l'aménagement durable. Dans le cadre de la planification, les groupes cibles de l'Uphill Flow Trail revêtaient une importance primordiale.

L'objectif n'était pas de s'adresser uniquement aux vététistes confirmés, mais aussi aux amateurs de sports de plein air susceptibles de se diriger vers le VTT grâce à cette offre de loisir. Dès lors, plusieurs variantes ont d'emblée été envisagées pour le tracé du parcours. La piste principale doit être facile d'accès et axée sur le plaisir, avec une grande fluidité de pilotage et sans obstacles. Une variante comporte des éléments naturels et des difficultés techniques. S'y ajoute une variante comportant des éléments de trial auxquels peuvent s'essayer les vététistes chevronnés.

Éléments spéciaux

Afin de garantir la diversité et le plaisir pour les différents niveaux d'expérience, des éléments spécifiques ont également été intégrés en plus des variantes. Le parcours comprend ainsi un grand nombre de virages relevés qui feront en particulier la joie des possesseurs d'un moteur vigoureux tel que le Performance CX. Il offre en outre des combinaisons de vallonnements et des virages relevés variés.

Cela garantit un parcours en trois dimensions qui offre aux eVététistes une gamme infinie de nouvelles sensations. Le circuit comprend aussi des tables, c'est-à-dire des sauts assurant la réception lorsque le saut est trop court. Il s'agit à nouveau d'un élément qui ne serait pas envisageable sans VAE dans un parcours d'Uphill. Les wall rides, des virages relevés en bois, séduiront sans nul doute de nombreux pilotes en leur offrant une vue imprenable sur la vallée en contrebas. Dans les variantes plus techniques, des passages de racines, des rochers et d'autres obstacles naturels offrent un terrain de jeu très varié. Ces éléments ont été testés minutieusement par tous les participants au mois de juin. Il fallait s'assurer pendant la phase d'aménagement du bon fonctionnement de ce projet pilote à terme. Certaines sections ont été parcourues sans relâche et perfectionnées sur la base de ces essais.

Variantes

Différentes variantes ont été envisagées dès le début du projet pour que le concept du parcours d'Uphill Flow ne s'adresse ni seulement aux débutants ni seulement aux vététistes aguerris. Ainsi, une part d'environ 20 % du parcours comporte des variantes nécessitant plus de technique. Ces variantes sont divisées en niveaux de difficulté rouge et noir. Le rouge désigne la variante naturelle : racines, pierres, sentiers plus étroits et sol à l'état naturel. Cette piste permet encore de rouler avec fluidité mais elle est plus proche de l'état naturel et plus exigeante sur le plan technique.

La variante noire comporte quant à elle des éléments de trial qui ne se laissent pas toujours maîtriser de prime abord. Cette partie présente des difficultés qui permettront aux eVététistes expérimentés de mettre leur moteur et leur technique de pilotage à l'épreuve. Les embranchements sont bien signalés et les carrefours des pistes sont placés aux endroits qui offrent la meilleure visibilité. L'atout principal de ces variantes réside aussi dans la dimension naturelle, avec des lignes exceptionnelles qui ont à peine dû être modifiées. Des sections très particulières ont aussi pu être dégagées sur une partie des variantes.

Aménagement : Éléments en bois

Dans l'aménagement du parcours, les éléments en bois remplissent différentes fonctions. D'une part, ils offrent aux eVététistes un élément de défi et de plaisir. Cela permet d'enrichir la diversité du parcours. D'autre part, ils permettent de protéger des zones sensibles telles que des marécages et d'autres sols humides. Pour l'Uphill Flow Trail, nous utilisons les deux types d'éléments en bois.

Nous avons des wall rides qui combinent plaisir de conduite et vue imprenable. Nous avons aussi des passerelles plus longues qui franchissent des ruisseaux et des zones humides. Cela permet d'éviter de tasser le sol à ces endroits tout en tirant parti du paysage que ces zones offrent. Le bois utilisé provient directement de la production forestière et il est scié, préparé et monté sur place. Selon le lieu, les conditions climatiques et l'essence utilisée, la durabilité d'une conception réfléchie peut s'élever à plusieurs années. Ici encore, l'utilisation des machines est incontournable, mais les coupes sont effectuées sur de grandes aires de travail pour ne pas déranger inutilement la faune.

Aménagement : Tracé du parcours

C'est pour Diddie Schneider que le tracé du parcours est l'aspect le plus complexe. Il est important pour lui de planifier un parcours et de le mettre en œuvre dans une logique tridimensionnelle. Cette approche permet de mobiliser en permanence l'esprit et le corps, même lorsque le sol est très accessible. Il compare volontiers cette dynamique tridimensionnelle au balancement d'un bébé. Pour lui, le secret du flow d'un tel circuit est aussi comparable aux mouvements du ski.

Outre l'aspect tridimensionnel, le parcours est également tracé de manière à ne pas atteindre la vitesse de bridage. Dans les virages, l'espace nécessaire au pédalage a également été pris en compte, de même qu'une marge de sécurité en bord de piste. Celle-ci augmente légèrement sur le côté, avec cependant tout au plus des broussailles sans bois arrivant à la taille. L'intégration des variantes et la sécurité des jonctions se présentaient aussi comme une tâche complexe. Il existait toujours des zones offrant une très bonne visibilité et une facilité suffisante, où il était possible de réduire encore la vitesse grâce à un aménagement adapté afin de réunir les tracés.

Aménagement : Résistance

Nous avons déjà abordé le thème de la durabilité. Il convient de l'envisager ici du point de vue de l'utilisateur et de l'aménagement de la piste. Le parcours principal, c'est-à-dire la variante bleue, a été aménagé à la pelleteuse. La couche d'humus a été enlevée, sous peine de s'éroder toujours plus rapidement sous l'effet des passages et de la pluie. Cette trace a ensuite été retravaillée à la main et drainée pour assurer un écoulement régulier de l'eau aux points névralgiques.

Enfin, une couche de sable de concassage a été ajoutée. Une fois compacté, ce sable devient extrêmement résistant et protège le sol de l'érosion. La piste peut dès lors être empruntée même par temps de pluie et dans d'autres conditions météorologiques défavorables. Le sablage a été réalisé à l'automne, de manière à ce que le gel hivernal compacte encore davantage le sol. Ce temps de repos sous le gel est idéal pour obtenir une piste particulièrement résistante. Étant donné que la piste n'utilise pas toute la largeur de la trace de la pelleteuse, une partie peut se développer librement, et l'Uphill Flow Trail garde le charme d'un authentique single track. Les éléments en bois participent aussi à réduire les besoins d'entretien et à préserver la praticabilité de la piste. Ils permettent de passer au-dessus des flaques de boues et des marécages. En outre, grâce à la préparation avec un grillage, les éléments en bois peuvent être empruntés de manière sûre même par temps humide.

L'humidité a constitué un aspect important dans le cadre de l'aménagement. Plus d'une fois, nous avons été surpris par la pluie et nous avons dû interrompre les travaux. Ces aléas font cependant partie de l'aménagement d'un parcours.

Possibilités nouvelles

L'Uphill Flow Trail offre de nouvelles possibilités dans une région engagée dans l'univers du VTT qui offre une scène locale très intéressante. Il est conçu pour offrir un point d'accès aisé et sûr aux personnes qui s'intéressent à la pratique. Il permet aux pilotes chevronnés de peaufiner leur technique de pilotage et de s'entraîner. Et surtout, il permet à des familles et des groupes d'amis de se réunir dans un même parc. Pour tous les acteurs, il est essentiel que l'Uphill Flow Trail s'intègre de cette manière dans la région.

Il n'a aucun effet négatif sur la liberté d'accès et les activités du tourisme, de la chasse et de la forêt sur place. Comme dans l'exemple écossais, il doit plutôt permettre aux eVététistes de se perfectionner et d'adapter leur technique aux sentiers naturels. Le domaine du MTB Zone Bikepark Geißkopf s'y prête parfaitement, car il est depuis toujours un lieu de rencontre pour différents usagers de la nature dans un climat de respect mutuel. Nous avons pu tester dès le mois de juin l'intégration de cette offre supplémentaire. Nous avons exploré encore davantage les sentiers environnants, puis les nombreuses pistes du domaine VTT, en revenant toujours aux deux parcours Flow. C'est là que nous trouvions ces sensations si uniques.

Intégration dans le parc VTT

L'Uphill Flow Trail n'est pas un parcours indépendant, il s'intègre au domaine du MTB Zone Bikepark Geißkopf et au réseau de sentiers environnant. La piste aboutit au sommet du Geißkopf et offre une vue panoramique jusqu'au massif de l'Arber, le point culminant de la Forêt de Bavière. Les pistes existantes du parc VTT commencent au sommet. Il est ainsi possible de descendre avec fluidité via le Flow Country Trail, ou d'opter pour les parcours Freeride ou Downhill si l'on cherche plus de difficulté ou de contact avec la nature.

Pour le parcours de l'Uphill Flow Trail, une signalisation spéciale a été élaborée afin de préciser la direction et d'empêcher les pilotes de prendre la piste en sens inverse. La conception du parcours y contribue aussi : les carrefours et les accès ne sont présents que dans la partie basse et la piste utilise une partie plus éloignée du bois et n'aboutit que dans la direction du point culminant. Les espaces de restauration et les refuges sont aussi bien accessibles au pied et au sommet de la montagne. L'intégration est donc parfaite.

Offre dans les environs (familles)

Il était aussi important de concevoir l'Uphill Flow Trail de manière à ce qu'il soit accessible et s'intègre à une offre répondant aux besoins de toute la famille. La région du Geißkopf offre différentes possibilités d'activités sportives. L'offre comprend une piste de luge d'été, un parcours de tir à l'arc et un important réseau de sentiers pédestres. Les adultes peuvent visiter des brasseries et des distilleries à proximité ou encore se rendre en famille au terrain d'aventures situé non loin à Bischofsmais. Le domaine du MTB Zone Bikepark Geißkopf comprend une piste pour les enfants, un pumptrack et un vaste espace d'entraînement.

Les parcours du parc offrent eux aussi une grande diversité pour les débutants comme pour les experts. Grâce au dénivelé de seulement 200 m, chacun peut trouver son bonheur en fonction de ses envies et de son niveau, avant de rejoindre son groupe.

Événements importants

2015

Bike Festival Willingen 2015
Claus Fleischer et Stefan Schlie évoquent pour la première fois avec Diddie Schneider l'idée d'un trail d'Uphill Flow.

Automne 2015
Rencontre au domaine MTB Zone Bikepark Geißkopf. Ils remontent ensemble le parcours Flow Country Trail et d'autres parcours pour tester les options d'un parcours d'Uphill Flow.

Hiver 2015/2016
Les données clés du parcours de l'Uphill Flow Trail sont définies en concertation. Le public cible, les variantes et les éléments sont identifiés au cours de plusieurs rencontres.

2016

Janvier 2016

Exploration du terrain en compagnie du responsable de l'administration forestière Alexander Achatz. Tracé d'un couloir pour l'aménagement tenant compte des priorités de protection de la nature et de gestion forestière.

Février 2016
Permis de construction du parcours d'Uphill Flow.

21. Mars 2016
Premier coup de pioche et de pelleteuse pour l'aménagement de l'Uphill Flow Trail.

Juin 2016
Une part de 50 % du parcours est réalisée. Claus Fleischer et Stefan Schlie l'empruntent pour la première fois et sont conquis. D'autres variantes et la signalisation sont ensuite conçues.

Octobre 2016
La piste principale est terminée juste avant les premières chutes de neige dans la Forêt de Bavière. Le parcours et le sable de concassage peuvent reposer pendant l'hiver.

2017

Mars 2017

Des variantes supplémentaires et les derniers travaux sont réalisés après les dernières chutes de neige.

Avril 2017
La signalisation est placée, les wall rides sont préparés et les derniers tours d'essai sont réalisés. Les accès au parcours sont enfin empruntés depuis le sommet pour mettre en évidence d'éventuelles lacunes dans la conception de la sécurité.

Mai 2017
Inauguration


Journées d'utilisation des machines

75 jours


Quantité de bois

150 m² de revêtement en bois, 400 m courants


Quantité de sable

30 chargements de poids lourd de sable de concassage de la région


Longueur

3 km


Altitude

280 hm


Variantes

5 avec 2 niveaux de difficulté (part d'environ 10 % du parcours praticable sur des variantes)


Trois niveaux de difficulté

Piste principale à difficulté réduite, différentes variantes à deux niveaux plus élevés de difficulté, variantes rouge et noire avec éléments de trial.

Les interviews

Interview : Claus Fleischer

1. Quelle est l'idée sur laquelle se base l'Uphill Flow ?

Derrière l'idée de l'Uphill Flow, il y a la volonté d'élargir le concept du flow. Le flow se définit comme une zone située entre les attentes personnelles, le niveau technique de pilotage et la difficulté du parcours. En repoussant les limites de cette zone et en dépassant la sous-exploitation de l'effort, sans toutefois entrer dans la surexploitation, on se trouve dans le flow. Nous avons traduit le concept dans l'Uphill Flow. Nous voulons démontrer le potentiel plaisir de la montée en montagne avec un eVTT et prouver qu'il est possible de dépasser ses propres limites techniques. Vous aurez de plus en plus envie de vous améliorer en montée. Et la technique se met parfaitement à votre service. Même en montée, on atteint soudain le niveau du flow. C'est pour cela que nous parlons d'Uphill Flow. Cette sensation, on l'éprouve en grimpant la piste.

2. C'est un concept clé « la technique se met parfaitement à votre service ». Sur le plan technique, dans quelle mesure avez-vous transposé et adapté le moteur Performance Line CX à votre idée d'Uphill Flow ?

L'idée du Performance CX est née des sensations et du plaisir de pilotage que nous procuraient les eVTT.

Stefan Schlie et moi avons commencé à jouer dans les bois il y a trois ans environ. Nous avons remarqué qu'avec ces vélos, on prenait soudain beaucoup plus de plaisir dans les montées qu'auparavant. Mais on a aussi constaté les limites des systèmes qui étaient disponibles à l'époque. Stefan s'en sortait très bien et on a donc réfléchi à ce dont on aurait vraiment besoin. Il s'agissait essentiellement de deux aspects. Premièrement, une augmentation du couple. On a appelé cela la « puissance maximale ». Pour nous, il est important que le moteur donne suffisamment de puissance en permanence, du bas régime, quand on sort du virage en accélérant, au régime soutenu, quand on roule vraiment vite tout en faisant retomber la puissance. Ce n'est pas le couple seul, c'est aussi la dynamique de pilotage et la technique de réglage qu'il y a derrière. C'est ce qu'on appelle le Trail Control, ou contrôle sur les sentiers, qui assure une assistance optimale en toute situation. Et cela a donné naissance au Performance CX.

3. Tout cela est maintenant transposé dans un parcours. Quelle est l'idée sur laquelle se base l'Uphill Flow Trail ?

On a imaginé le parcours de l'Uphill Flow Trail comme une possibilité d'utiliser la technique de pilotage dans un parc VTT et d'en faire une véritable expérience, parce qu'un parc VTT offre naturellement des possibilités bien différentes d'aménager des parcours de manière à présenter différents niveaux de difficulté. Le concept des Flow Country Trails en descente est déjà connu. On a commencé par la descente, puis sont arrivés les parcours de free ride, puis enfin les Flow Country Trails. Ces sensations, nous voulons maintenant pouvoir les proposer en montée. Pour nous, c'est un concept qui permet de proposer cette option de l'Uphill Flow dans un parc VTT à tous les eVététistes orientés sport désireux d'améliorer leur technique de pilotage. C'est une offre qui s'ajoute aux possibilités qui existaient jusqu'ici.

4. Quel est le public cible de l'Uphill Flow ? À qui s'adresse-t-il ?

Nous voulons essentiellement nous adresser aux eVététistes orientés plutôt sport. En règle générale, le vététiste et l'eVététiste sont des cyclotouristes qui roulent volontiers de manière sportive occasionnellement. Pour créer une offre dans ce domaine, on a décidé de venir dans le parc du Geißkopf et d'aménager ce parcours pour les eVététistes qui voudraient essayer pour la première fois. Nous pensons que le concept va perdurer et se développer davantage dans d'autres régions.

5. C'était à peu de chose près ma prochaine question. Vous êtes avant tout des fabricants de moteurs. Pourquoi cet engagement total dans ce domaine, en ce qui concerne l'étiquette trail de l'Uphill Flow ? D'où vient cet engagement ?

Avec la première partie de la campagne Uphill Flow en 2014, nous voulions montrer ce qu'il est possible de faire avec un VAE. Qu'on peut se faire plaisir en montant et ne plus sentir de limites en descendant les pistes. Avec la deuxième campagne Uphill Flow en 2015, nous voulions montrer que quand on part en excursion, qu'on roule dans les Alpes, que ce qui est important c'est la technique de pilotage et les règles du trail, en d'autres termes, que ce qui vaut pour les vététistes vaut aussi pour les eVététistes. Le respect mutuel et la tolérance. Enfin, avec la troisième partie de la campagne, nous voulions encore élargir le concept pour remettre la technique de pilotage au centre. Nous entendons transmettre de manière ludique le potentiel de plaisir et d'enthousiasme. En tant que fabricants de moteurs, c'est très simple. Nous y prenons un plaisir fou, aussi parce que nous réalisons un rêve personnel.

6. Quelle impression le parcours donne-t-il jusqu'à présent ?

 

Jusqu'à présent, le parcourt fait très bonne impression. On a emprunté aujourd'hui quelques passages essentiels. Diddie Schneider a vraiment mis en œuvre un chouette concept et les idées que nous avons eues ensemble au cours de l'année passée et de l'hiver sont déjà bien réelles. C'est très chouette, d'accélérer en sortie de virage et de sentir en montée que le moteur apporte vraiment l'assistance qu'on avait imaginée. Quand on prend un virage relevé en montant, qu'on peut continuer à pédaler dans le virage et qu'on arrive dans la chicane suivante avec de l'élan. C'est vraiment chouette, c'est exactement ce que nous avions imaginé.

7. L'utilisation d'un VAE a-t-elle une influence sur ton ressenti, sur tes sensations à vélo ? 

L'eVTT multiplie encore le ressenti du VTT. Comme nous l'avons vu nous-mêmes, c'est très facile à comparer. Quand on roule avec un VTT normal, il faut environ quatre fois le temps de la descente pour effectuer la montée. Et normalement, on roule pendant ce temps sur une piste de gravillons. Si on va plus vite, on ne peut même plus discuter. Avec un eVTT, il faut deux fois le temps nécessaire à la descente pour grimper mais ici le temps de la montée est aussi un moment de plaisir. Je peux rouler sur les pistes de gravillons tout en prenant du bon temps, ou je roule sur un parcours d'Uphill Flow et le plaisir de grimper est immense.

8. D’après toi, comment le domaine du VAE va-t-il évoluer dans le futur ? Les parcours tels que l'Uphill Flow Trail vont-ils se multiplier ?

Le futur du VTT va être marqué par une augmentation du nombre de VAE. Pourquoi ? Pas seulement parce que cela a du sens, mais aussi parce que c'est un plaisir. Les eVététistes se rendent compte que le plaisir ne se limite pas à la descente, qu'il est aussi bien présent en montée désormais. Dans ce contexte, j'imagine qu'on va voir de plus en plus de gens rouler en eVTT en moyenne montagne et dans les régions alpines. Cela signifie aussi que des régions vont réfléchir à certains concepts tels que les Flow Country Trails et les élargir avec des parcours d'Uphill Flow.

9. La vitesse de ce parcours est aussi un thème important. Il est limité à une vitesse de 25 km/h et vous appliquez une campagne anti-tuning stricte. En quoi consiste-elle ? Quelle en est l'origine et quelles sont les mesures que vous prenez ?

Les fabricants de vélos et les fournisseurs de systèmes se sont rencontrés dans le cadre de l'industrie du cycle et ils ont signé et publié un engagement volontaire contre la manipulation du tuning. Parce que le tuning n'a rien à faire dans le monde du VAE et de l'eVTT. On a constaté aujourd'hui qu'il n'est pas nécessaire de dépasser 25 km/h sur un parcours bien aménagé. En d'autres termes, on n'y atteint même pas la vitesse de bridage, de sorte que le tuning, en plus d'être illégal, n'a absolument aucun sens ici.


Interview : Stefan Schlie

1. Stefan, que signifie l'Uphill Flow pour toi ?

Le flow, c'est un sentiment de bien-être personnel. En fait, c'est une zone de confort. Une fenêtre dans laquelle on voit où s'arrête la sous-exploitation de l'effort et où commencerait la surexploitation. C'est un concept qui varie d'une personne à l'autre. Et quand on évolue dans cette fenêtre, on a la sensation du flow. Au travail, le flow à vélo, en ski. C'est pareil.

2. Qu'est-ce que l’Uphill Flow pour toi ?

Le flow existe tout d'abord dans les sports de descente, mais on a maintenant la possibilité de le ressentir aussi en montée. Si on part du principe que cette zone de confort dont je parlais peut être élargie d'abord par la technique de pilotage et les capacités personnelles, cela vaut bien sûr aussi pour l'eVTT. Dans le cas de l'Uphill Flow, les niveaux d'assistance viennent encore s'y ajouter. Ils permettent d'ajouter jusqu'à 300 % aux capacités propres, ce qui élimine l'effort excessif lors de la montée en montagne. On n'est plus dépassé aussi vite que lors d'une montée normale. Au contraire, cela semble plus facile et cela permet donc d'augmenter la zone de confort sur ce parcours.

3. Que signifie pour toi la coopération avec Diddie Schneider ? Cette mise en œuvre dans le parcours d'Uphill Flow ? Quelle est l'idée principale de tout cela ?

Quand on a le flow, on peut évoluer dans la tranquillité. Il existe bien sûr un certain potentiel de conflit, quand on réfléchit à tout ce qui peut arriver en face, que ce soit pour ceux qui descendent ou pour ceux qui montent. Créer un parcours très spécifiquement, en montée, de manière à ce qu'on puisse utiliser ses capacités propres dans la montée, pour rester précisément dans cette zone de confort, c'est tout à fait nouveau. Ensuite, c'est un concept révolutionnaire, d'aménager un parcours en montée pour les eVététistes. Et ce que je trouve très bien aussi, c'est que ce concept ne se limite pas à un parcours, mais qu'il se divise en différentes pistes, de manière à ce que chacun, avec ses capacités propres, puisse trouver sa zone de flow personnelle, sans sous-exploiter ni surexploiter son effort.

4. Quelle est ton impression du parcours ?

Je trouve que Diddie a fait un très bon travail. Aménager un parcours de flow, ce n'est pas simple. Un parcours compatible pour chacun et chacune. On a une petite analogie avec le concept du Flow Country, dans la mesure où cela s'adresse aussi à un public large et où tout le monde peut monter. La manière dont le parcours est aménagé, les virages, les rayons, les écarts des chicanes, si on veut les appeler ainsi, tout est mis en œuvre de manière très judicieuse et je crois que cela promet beaucoup de plaisir et de flow à beaucoup de gens.

5. De ton point de vue, quel rôle peut jouer le Performance CX de Bosch dans la définition de l'Uphill Flow ?

Le Performance Line CX est en réalité l'exemple parfait de ce qu'un moteur doit pouvoir faire. On dispose de fonctions telles que la puissance maximale, qui signifie qu'on a véritablement 300 % d'assistance, avec une réactivité immédiate. On a donc aussi un comportement au pédalage organique, nécessaire pour déployer aussi les capacités propres et la puissance sur le parcours, ce qui donne de vraies sensations de pilotage. Mais avec plus de puissance. Et le Performance Line CX excelle en la matière.

6. L'utilisation du VAE a-t-elle une influence sur ton ressenti, sur tes sensations à vélo ?

L'utilisation du VAE a vraiment tout changé parce qu'on a une sorte de solution miracle. Cela enrichit la gamme des sensations. Cela les multiplie. On a plus de possibilités. On peut simplement chercher le flow, l'intensité, la coordination ; on peut envisager de monter quelque part à moindre effort pour pouvoir ensuite descendre. Dans la descente, on ne renonce à rien avec un VAE. Les gens pensent souvent que le poids du VAE est synonyme d'inconvénients dans la descente, mais ce n'est pas le cas du tout. J'ai en réalité une solution complète. Je peux rouler avec une grande intensité, je peux monter en montagne avec une moindre intensité, je peux monter techniquement, je peux monter en privilégiant la coordination, je peux monter avec des amis en misant sur l'équilibre. La solution globale qu'offre le VAE est incroyablement riche.

7. Que penses-tu ? Comment se présente l'avenir dans le domaine du VAE ? Quelle est ta vision pour les années à venir ?

Je crois que l'eVTT va gagner considérablement en importance. Je pense que beaucoup de gens vont réfléchir au choix du vélo qu'ils vont s'acheter, parce que l'eVTT couvre une multitude de possibilités. On peut s'entraîner, on peut s'amuser, on peut se ressourcer. On peut tout faire.

Je crois que tôt ou tard, les gens qui ont essayé un VAE reconnaissent le plaisir que cela leur procure et les avantages que cela leur apporte. Je pense que le paysage va changer.


Interview : Diddie Schneider

1. Quelle est l'idée sur laquelle se base le parcours de l'Uphill Flow Trail ?

L'idée du parcours d'Uphill Flow est d'aménager un parcours conçu spécifiquement pour les VAE et permettant de ressentir les avantages du VAE. C'est pourquoi l'Uphill Flow Trail comprend des éléments adaptés tels que des virages relevés ou de petites tables, ou sauts, dans une montée. C'est un aspect tout à fait inédit. Et puis des sections un peu plus abruptes qui ne seraient pas praticables avec un vélo normal. C'est l'idée fondamentale, de concevoir un parcours qui expose de manière évidente la différence entre un vélo normal et un VAE. On peut fondamentalement le comparer au Flow Country Trail, le parcours doit en tout cas comporter une dimension de flow. L'objectif est de dessiner un large sourire sur le visage des pilotes.

2. À quel public le parcours s'adresse-t-il ?

En premier lieu, le parcours s'adresse au pilote moyen, qui veut éprouver ces sensations du VAE. Il comprend cependant des éléments intéressants pour les plus sportifs, cela devient technique. Le pilote moyen n'est cependant pas obligé d'emprunter ces passages. Comme dans le Flow Country, il peut monter avec fluidité. Les plus sportifs prennent quant à eux les embranchements prévus et éprouvent encore plus de plaisir sur ces sections plus difficiles et plus techniques.

3. Qu'en est-il de l'intégration dans le parc VTT ? Quelles sont les possibilités de descente ?

Quand on arrive en haut du parcours et qu'on se sent bien, parce qu'on n'a pas surexploité ni sous-exploité ses capacités, parce qu'on a juste pris du plaisir, on peut choisir l'un des parcours de descente. On arrive directement à l'endroit où commencent le parcours Downhill, le parcours Flow Country, le Freeride ou l'Evil Eye dans le domaine. Chacun peut choisir la piste qui correspond à son expérience et la descendre. Et quand on arrive en bas avec le sourire, on peut déjà remonter immédiatement.

4. Certains craignent que ce parcours de VAE ait pour effet d'enfermer les eVététistes. Ou est-ce une question de canalisation et de conduite ?

Je considère que le parcours est très important. Il y aura probablement des problèmes si le cycliste VAE normal s'intéresse à la possibilité de remonter des pistes et commence à remonter les parcours existants. Cela risque d'être source de conflits. Pour éviter cela, nous avons décidé d'aménager un parcours spécial conçu réellement pour les VAE. Il s'agit d'un parcours réellement adapté aux besoins des eVététistes. Ils peuvent remonter cette piste sans croiser de vélo normal, et inversement.

5. Qu'en est-il de la question de la vitesse ? Utilisez-vous un VAE classique ? Ou un S·Pedelec ? Qu'en est-il ?

En principe, nous ne voulons dans le parc VTT que des VAE normaux, parce qu'une vitesse limitée à 25 km/h nous semble suffisante pour s'éclater sur le parcours. On peut rouler plus vite, mais il vaut mieux alors avoir les fémurs solides. En matière de sécurité, la limite de 25 km/h est fondamentalement justifiée. Et c'est notre choix aussi.