CAMP DE VÉLO DE MONTAGNE POUR FEMMES

De plus en plus de personnes utilisent le vélo à assistance électrique dans le cadre de leur entraînement sportif. C’est le cas, par exemple, des participantes au camp cycliste du Tyrol du Sud. Une expérience personnelle.

Regarder la vidéo

CAMP DE VÉLO DE MONTAGNE POUR FEMMES

De plus en plus de personnes utilisent le vélo à assistance électrique dans le cadre de leur entraînement sportif. C’est le cas, par exemple, des participantes au camp cycliste du Tyrol du Sud. Une expérience personnelle.

Regarder la vidéo

Pédaler comme d’habitude? Pas vraiment.

Quatre jours à parcourir les sentiers en vélo, de nombreuses heures passées dans les montagnes, profiter de nouvelles expériences, et ce, dans le cadre de camps de vélo de montagne pour femmes. Un programme intéressant est prévu, il plaira à coup sûr à toutes les cyclistes, quel que ce soit leur niveau, et il comprendra des ateliers techniques et des excursions guidées.

Les participantes auront également l’occasion de participer à des sorties en vélo de montagne. Les montées abruptes ne leur feront pas peur, grâce aux unités motrices de Bosch eBike Systems. L’assistance motorisée aidera les cyclistes à surmonter les passages difficiles, comme les sentiers escarpés encombrés de racines, et elles découvriront de toutes nouvelles sensations. Elles pourront attaquer les montées avec le système « Uphill Flow ».

Une expérience personnelle

Claudia Bitzer est une conseillère en communication indépendante. Le vélo est son moyen de transport préféré. Elle s’en sert dans sa vie quotidienne, dès que ses obligations de mère le lui permettent. Au camp de vélo de montagne pour femmes du Tyrol du Sud, elle a découvert de nouvelles facettes du vélo de montagne et elle nous fait part de son expérience.

« Voici le château d’Annenberg »

Quelques sommets surplombant la bourgade de Latsch dans le Tyrol du Sud sont encore enneigés. Greta Weithaler montre du doigt un château niché à flanc de colline au-dessus de la vallée. « Voici le château d’Annenberg. Et c’est là que nous allons maintenant, en passant par des sentiers en gravier. Là-haut, la pente est très raide. Au total, on a un dénivelé d’environ 500 mètres, puis on redescendra dans la vallée via Annenberg-Böden », explique-t-elle à un groupe de dix cyclistes.

Il est 19 h.

"Au premier abord, on assiste à une scène ordinaire dans ce coin du Tyrol du Sud prisé pour le vélo de montagne. Mais en y regardant de plus près, on remarque deux choses : d’abord, le groupe est constitué uniquement de femmes. De plus, le soleil est déjà en train de se coucher. Il est 19 h. Les femmes ont déjà les jambes lourdes après avoir parcouru de nombreux kilomètres. Mais c’est ça, le camp de Latsch pour femmes : du vélo de montagne jusqu’à plus soif. Et c’est précisément pour cela que plus de 100 femmes adeptes de vélo de montagne, venues d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse et d’Italie, se sont rassemblées en cette longue fin de semaine du mois de mai. "

Les femmes se font rares quand on atteint un certain niveau

"La plupart des participantes sont déjà venues. Janet Weick, par exemple, est une cycliste aguerrie qui a déjà traversé les Alpes, et elle a de la difficulté à trouver des partenaires féminins pour des sorties en vélo. « Trouver des groupes d’hommes, c’est facile, mais les femmes se font rares quand on atteint un certain niveau de vélo de montagne. » Elle n’est pas la seule à avoir cette difficulté, comme le confirme Nadin Kraus : En tant que femme, comment trouver du temps pour une passion chronophage comme le vélo de montagne dans son planning quotidien déjà chargé? Nadin explique : « C’est souvent très dur. C’est pour ça que je suis ici. Pour avoir vraiment du temps pour moi et ma passion. » "

Formation aux techniques cyclistes de Greta Weithaler

"Comme je ne pratique pas assez le vélo de montagne dans ma vie quotidienne, je vais commencer par participer à l’atelier de techniques cyclistes animé par Greta Weithaler. Âgée de 20 ans, cette jeune Tyrolienne est une ancienne professionnelle du vélo de montagne. Cependant, son cours se démarque avec autre chose que le savoir-faire et l’humour avec lesquels elle prodigue ses conseils. La particularité repose sur les vélos utilisés : mon vélo de montagne à assistance électrique (VMAE) est doté d’une suspension intégrale avec débattement de 160 mm et d’un moteur Performance Line CX de Bosch. Sauf pour une participante, c’est la première fois que l’on enfourche un vélo de montagne avec assistance électrique. "

Les premiers coups de pédale sur un vélo de montagne à assistance électrique

Les règles édictées par Greta nous semblent familières. Prise de virage, équilibre. Toujours la même rengaine. Mais quand on a entamé la première ascension, les choses se sont corsées. Même en mode Tour sur grand pignon, un seul coup de pédale en montée m’a emmenée de manière fluide au-delà d’une corniche qui avait l’air assez difficile pour moi, qui me remettait au vélo de montagne. Et il y avait plein d’autres obstacles que j’ai franchis aisément au cours de cette montée. Tout allait super bien, jusqu’à ce que je sois obligée de descendre au cours d’une montée. Quand je suis remontée en selle, ma roue arrière n’arrêtait pas de tourner dans le vide. Greta a basé une partie de sa formation sur cette difficulté : les démarrages en côte. Rabaissez un peu votre selle, placez les pédales en position parallèle, placez le pied en aval sur la pédale, puis le pied en amont sur l’autre pédale et démarrez.

Peut-être qu’un VAE serait une bonne solution.

Il faut s’habituer à cette descente rapide pleine de roches et d’embuches, mais le VAE de 21 kg est étonnamment agile et il vous met rapidement en confiance. Plus je roule, plus je m’amuse. Je retrouve Nadin et Janet pour la sortie de fin de journée Uphill Flow en direction du château d’Annenberg. Cette sortie en vélo de montagne à assistance électrique (VMAE) dans le soleil couchant est très populaire parmi les adeptes de vélo de montagne. « Quand je pratique le vélo de montagne avec mon mari, il monte en train pour me faire plaisir, mais ça lui plairait vraiment plus d’aller en vélo jusqu’au sommet. Peut-être qu’un VAE serait une bonne solution. », pense Nadin. Quand on arrive à Annenberg-Böden, le soleil se couche derrière la montagne.

Les conseils professionnels de Greta Weithaler pour la pratique du vélo de montagne (électrique), pas juste pour les filles

Sachez reconnaître et utiliser votre « côté fort » :

« Quand on prend les virages, en descente et en passant des obstacles, les pédales sont horizontales. Il est important de savoir quel pied est en avant, car votre "côté fort" renforce votre confiance. »

Prise de virage dans les virages en épingle et serrés :

« Pratiquez, pratiquez, pratiquez. Faites des exercices d’équilibre : par exemple, lorsque vous attendez dans une file ou dans votre jardin. C’est un bon moyen pour gagner en confiance lorsque vous êtes en selle. Ça aide à atteindre un bon coup de pédale, en descente comme en montée. »

Démarrages en côte :

« Sur un VMAE, la roue arrière a tendance à glisser lors de démarrages en côte. Rabaissez un peu votre selle, placez les pédales en position parallèle, placez le pied en aval sur la pédale, puis le pied en amont sur l’autre pédale et démarrez de manière fluide. C’est plus facile sur un grand pignon et avec une assistance motorisée modérée. »

Faites le vide dans votre tête :

« Parfois, les filles devraient juste arrêter de réfléchir et se lancer. Trop de réflexion ne va pas vous aider. »

Faites la connaissance de Greta Weithaler, adepte de l’Uphill Flow